Histoire complète de Lausanne

Lausanne : une ville comme tant d’autres ? Son environnement, son histoire et ses habitants font de Lausanne un lieu au charme particulier. La plus petite grande ville de Suisse  qui est pourtant la capitale du Mouvement olympique  se distingue par son atmosphère unique.

Lausanne en bref

Grâce à sa situation particulière, elle offre à ses habitants et à ses visiteurs une vue panoramique spectaculaire sur le lac Léman et les montagnes. La diversité de sa vie culturelle est exceptionnelle. En même temps, sa taille modeste lui confère des dimensions tout à fait humaines.

La ville en chiffres

  • 146’000 habitants
  • 25000 étudiants de 125 pays différents
  • 555 mètres de dénivelé entre les rives du lac Léman et Le Chalet à Gobet, au dessus de Lausanne
  • 11 km de rives sur le lac Léman
  • 33 hectares de vignobles
  • 360 hectares de parcs et jardins publics
  • 60 km de pistes cyclables
  • 40 fédérations sportives internationales ont leur siège à Lausanne
  • 1994 : Lausanne est désignée capitale olympique.
  • Depuis Lausanne, l’aéroport de Genève est directement accessible en train en 50 minutes.
  • Depuis Lausanne, Glacier 3000 est accessible en 1 heure 48 minutes en train
  • Numéro 1 : Lausanne est élue petite ville la plus attractive du monde par Monocle.

La première moitié du 20e siècle

Dès le début du 20e siècle, Lausanne a connu un fort développement. Les vignobles disparurent du paysage urbain, les rues furent élargies pour permettre la circulation des voitures et le premier gratte-ciel de Suisse fut construit à Bel Air en 1931. Pour le tourisme naissant, des palais hôteliers furent construits en ville et au bord du lac, et Lausanne se recommanda comme lieu d’études grâce à son université, son école technique supérieure et son école hôtelière. Bien que la ville ait été épargnée par la Première Guerre mondiale, elle a également ressenti la détérioration de la situation économique dont souffraient les pays voisins durant l’entre-deux-guerres. En témoigne un conseil municipal majoritairement socialiste, qui obtint la majorité des voix des électeurs pour la législature de 1934 à 1937. Ensuite, la coalition bourgeoise reprit les rênes, tandis que les communistes et la Fédération socialiste suisse furent interdits pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les années du miracle économique

Dans l’après-guerre, il régnait un climat d’euphorie et de croissance. L’Exposition nationale, organisée à Lausanne en 1964, témoigne de cette ambiance. Dans les années 1970, la dynamique urbaine s’est propagée aux communes périurbaines, où l’industrie, le commerce et la construction de logements se sont très fortement développés. Les formes d’occupation de l’espace montrent qu’une agglomération urbaine et une région ont vu le jour, s’étendant au-delà du Lausanne d’antan. Mais l’interdépendance politique, qui reposait sur l’attachement au principe de l’autonomie communale, restait fortement enracinée. L’idée d’une régionalisation n’a donc guère dépassé le stade du concept et n’a été mise en œuvre que de manière hésitante. Par la suite, la situation conjoncturelle s’est fortement dégradée. Dans les années 1990, Lausanne a connu la plus grave récession depuis les années 1930. Une forte hausse du chômage, accompagnée d’une crise immobilière et d’une augmentation du déficit et de la dette des pouvoirs publics, a occupé la population et les autorités pendant plusieurs années.

Lausanne aujourd’hui

En 1993, Lausanne, siège du Comité international olympique depuis 1995, a reçu le titre prestigieux de capitale du Mouvement olympique. Grâce à son nouveau statut, la ville est devenue le centre mondial de l’administration du sport. De nombreuses fédérations sportives internationales s’y sont installées. La région lémanique est d’ailleurs sortie renforcée de la crise économique des années 1990. Avec elle, Lausanne s’est également profilée comme le centre leader d’une économie de la connaissance, soutenue par un réseau d’instituts de formation et de recherche de renommée internationale (École polytechnique fédérale, Université, École hôtelière de Lausanne, IMD, etc.) La transformation de la ville s’est poursuivie. Elle s’est même accélérée dans la recherche d’un nouvel équilibre entre la densification de l’habitat, le logement d’une population aux caractéristiques sociales et fiscales très diverses, l’implantation de grandes entreprises et l’internationalisation des activités commerciales. Le centre-ville, et plus particulièrement la vallée du Flon, s’est revitalisé et a apporté un nouvel élan à la vie urbaine. Symbole de ce nouvel élan urbain, Lausanne a pu inaugurer le premier métro entièrement automatisé de Suisse. La nouvelle ligne bifurque de la station de départ de la ligne précédente, mise en service dans les années 1990. Elle met désormais en réseau les transports de toute une région qui se distingue par de nombreux atouts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code