Ne plus avoir peur en amour

La peur du rejet

Lors des premières expériences comme avec un objet perdu, la peur de se tromper est grande et on essaie d’avoir le plus d’informations possibles sur la probabilité de succès de la démarche : on essaie constamment d’observer l’autre personne pour comprendre si elle est intéressée (si elle regarde, si elle s’approche, si elle trouve des excuses pour parler, ….). Demandez à vos amis de vous aider : l’ami va voir le garçon ou la fille qui l’intéresse et joue le rôle de médiateur pour éviter la possibilité d’un rejet, qui pèserait en ce moment lourdement sur l’estime de soi et sur le sentiment de disponibilité. Faire un trou dans l’eau semble plus dramatique (même si c’est plus probable) la première fois, lorsque vous commencez à évaluer votre capacité à entrer dans une relation avec le sexe opposé, qu’après, si et quand un certain succès a renforcé votre estime de soi.

Beaucoup de garçons et de filles qui ont plus de difficultés que d’autres à avoir des contacts avec le sexe opposé, attribuent à leurs propres défauts physiques le fait qu’ils ne sont pas remarqués par la personne qui les intéresse.

Plus que des défauts personnels, les difficultés de contact sont en fait dues au manque d’expérience et à la peur du rejet : les premières fois, même un refus voilé suffit à bloquer les tentatives d’approche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code