Faire des affaires et  Développer une entreprise en Suisse

Le petit pays alpin qu’est la Suisse, situé à la jonction de l’Europe méridionale, centrale et occidentale, possède l’une des économies les plus avancées et les plus compétitives au monde. Bien que ne faisant pas partie de l’Union européenne, la Suisse a accès au marché unique de l’UE. Le pays est politiquement stable et son système juridique est très transparent, ce qui en fait un lieu attrayant pour les investisseurs étrangers. La création et la gestion d’une entreprise en Suisse exigent que les sociétés comprennent les lois, les règles et les réglementations du pays. Dans cet article, nous passons en revue les raisons de faire des affaires en Suisse, les risques et les considérations, ainsi que les questions fréquemment posées.

Avantages de faire des affaires en Suisse

Services bancaires et financiers. Les services bancaires et financiers constituent le secteur le plus important du pays et la banque suisse jouit d’une excellente réputation dans le monde entier. Les politiques bancaires du pays, son expertise et sa fiabilité – due à la stabilité financière de la Suisse et à une forte tradition de discipline fiscale – en font une option attrayante pour les entreprises et les particuliers étrangers. Il n’est pas étonnant que la plupart des richesses du monde soient gérées par des banques suisses.

Tradition de neutralité

Après des pertes dévastatrices contre la France au Moyen Âge, qui ont déclenché un profond besoin d’auto-préservation, la Suisse a adopté une position ferme de neutralité dans les affaires mondiales, qu’elle maintient jusqu’à aujourd’hui. La Fédération suisse, devenue un phare de la diplomatie, est l’intermédiaire neutre historique et l’hôte des grandes conférences internationales sur les traités. Si la Suisse n’est pas le seul pays au monde à embrasser la neutralité, elle a été le premier à le faire.

Infrastructures et technologie

La Suisse possède l’une des infrastructures les plus développées au monde, avec de vastes réseaux ferroviaires et routiers reliant le pays au reste de l’Europe. Le pays est également très bien classé en matière d’innovation et d’avancée technologique. La Suisse possède le plus haut ratio de demandes de brevets européens par rapport à la population, des instituts de recherche de classe mondiale et une main-d’œuvre hautement qualifiée, ce qui attire de lourds investissements de la part des multinationales.

Accès aux pays voisins de l’UE

Bien qu’elle ne fasse pas partie de l’Union européenne, la Suisse a accès au marché unique européen grâce à un accord spécial avec le bloc. Et bien qu’elle ait conservé son autonomie, le pays a adapté certaines de ses réglementations pour se conformer à celles de l’UE, ce qui contribue à influencer la compétitivité internationale de la Suisse.

Le commerce des matières premières

La Suisse est l’une des plus importantes plaques tournantes du commerce des matières premières au monde, avec plus de 500 sociétés de négoce, principalement situées à Genève, Zoug et Lugano. Des réglementations strictes régissent les diverses activités commerciales de ce secteur. Le gouvernement suisse soutient les efforts de réforme du secteur à l’échelle mondiale et participe activement aux efforts visant à améliorer la production durable et le commerce équitable.

Risques et considérations

Malgré les avantages significatifs, faire des affaires en Suisse peut présenter quelques défis pour les investisseurs extérieurs et les entreprises qui ne connaissent pas le marché.

État non membre de l’UE

Si la Suisse bénéficie des avantages de l’accès au marché unique de l’UE, il faut savoir qu’elle n’adopte pas toujours les normes européennes. Cela peut s’avérer problématique pour les entreprises qui font des affaires dans la région et qui doivent s’adapter à des exigences différentes.

Réglementation

Le marché suisse est très réglementé et son gouvernement s’attache à protéger certaines industries nationales. Par exemple, bien que le secteur agricole ne contribue pas de manière significative au PIB du pays, le gouvernement a limité la concurrence, permettant ainsi aux producteurs nationaux de survivre. Plus de 60 % de tout ce qui est consommé dans le pays est produit localement. En outre, comme le reste de l’Europe, le pays dispose de règles strictes en matière de protection des données, de droit du travail et d’obligations de conformité, entre autres réglementations locales strictes concernant le commerce.

Coûts de l’emploi

La main-d’œuvre hautement qualifiée et compétente de la Suisse entraîne des coûts d’emploi élevés. L’expertise et l’expérience sont protégées par le gouvernement et il est courant de voir des salaires plus élevés que la moyenne des autres pays européens.

Culture d’entreprise

La culture d’entreprise suisse est plus formelle et conservatrice que celle des États-Unis et il y a également des normes d’étiquette importantes à garder à l’esprit. Par exemple, la ponctualité est extrêmement importante pour les Suisses, surtout dans les régions germanophones. Si le temps n’est pas respecté, les relations d’affaires peuvent s’envenimer. La langue peut également constituer un défi. Si l’anglais est couramment parlé dans un environnement professionnel, la Suisse est un pays multilingue avec quatre langues officielles – l’allemand, le français, le romanche et l’italien. Il est recommandé aux hommes d’affaires d’apprendre au moins les bases, en signe de respect et d’ouverture. Questions fréquemment posées pour faire des affaires en Suisse

Pourquoi devrais-je envisager de faire des affaires en Suisse ?

La Suisse possède une économie et des politiques hautement compétitives qui constituent un aspect attrayant pour de nombreux investisseurs étrangers. C’est un centre d’innovation incontesté, doté d’une main-d’œuvre hautement qualifiée. Et permet un accès facile au marché unique de l’UE.

Quels sont les défis à prendre en compte lors d’une expansion en Suisse ?

Il s’agit d’un marché hautement réglementé. Bien que l’économie suisse soit étroitement liée à celle de l’UE, il existe des réglementations et des exigences de conformité propres au marché qui ne suivent pas toujours les normes de l’UE. Il faut également tenir compte des coûts élevés de l’emploi et de l’immobilier.

Quel est le taux d’imposition des sociétés ?

Le taux d’imposition des sociétés est d’environ 18 %. Les taux varient en fonction du canton dans lequel l’entreprise est située.

Quels sont les types d’entités commerciales disponibles ?

Il existe de nombreux types d’entités en Suisse, mais les plus couramment utilisés sont la société anonyme (AG/SA) et la société à responsabilité limitée (GmbH/SARL).

Combien de temps faut-il pour enregistrer une entreprise en Suisse ?

Cela dépend du type d’entité à enregistrer, mais le délai peut varier de 1 à 4 semaines. Voir https://www.credit-conseil.ch/suisse/lausanne/ pour en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code