Histoire de la cigarette électronique

Les Indiens d’Amérique cultivent le tabac dans le nouveau monde depuis 600 avant Jésus-Christ. À l’origine, il était utilisé dans leurs cérémonies religieuses comme une plante sacrée. Christophe Colomb a ramené la plante du tabac en Europe et fumer la pipe est devenu un passe-temps populaire de la classe supérieure. Au XVIIe siècle, le tabac était devenu un élément important de la culture européenne et américaine. Le tabac était utilisé comme tabac à priser, dans les pipes, et roulé à la main en cigares et cigarettes.

Une brève histoire de la cigarette électronique

Ce n’est que lorsqu’une machine à rouler le tabac automatique, inventée en 1881, a provoqué une augmentation spectaculaire de la production de cigarettes que la popularité de ces dernières s’est répandue. Bien qu’il ait fallu des décennies avant que le tabagisme ne soit lié au cancer et aux maladies cardiaques, on s’est rapidement rendu compte que fumer des cigarettes irritait le système respiratoire. L’un des principaux objectifs des inventeurs a été de créer une imitation de cigarette qui procure à l’utilisateur un plaisir similaire à celui d’une cigarette ordinaire, sans l’irritation et les risques pour la santé.

Au fil des ans, divers inhalateurs, vaporisateurs et embouts buccaux ont été créés par des particuliers et par les compagnies de tabac. RJ Reynolds et Phillip Morris ont tous deux déposé des brevets pour des systèmes de fumage électrique.

Deux inventions étaient des dispositifs dotés d’une cartouche cassable contenant un liquide aromatisé.

Le brevet de Frank Bartolomeo pour un “dispositif pour fumer” a été délivré en 1958. Sa cigarette artificielle comportait une ampoule cassable hermétiquement fermée et contenant un matériau de remplissage, tel que du coton, saturé de nicotine et/ou de goudron pour donner le goût et l’arôme du tabac. Des évents latéraux permettaient d’aspirer l’air à travers la capsule pour le mélanger à l’arôme. L’invention de Barolomeo visait à imiter la cigarette mais à “fournir une fumée sans feu ni lumière”. La raison pour laquelle il a créé cet appareil est la suivante : “Il existe de nombreux endroits où il n’est pas permis de fumer en raison du risque d’explosion ou parce que les conditions interdisent l’utilisation d’une lampe, comme la nuit en temps de guerre”.

En 1967, Chien-Hshuing Chang, de Taïwan, a développé une cigarette artificielle similaire avec une ampoule cassable contenant un liquide aromatisé. Mais c’est Herbert A. Gilbert, un fumeur de deux paquets par jour, qui a poussé plus loin la création d’un véritable incombustible en ajoutant un moyen de chauffer le matériau de remplissage. Un brevet lui a été délivré en 1965 pour une “cigarette sans tabac et sans fumée” qui délivrait de la vapeur aromatisée sans combustion.

Son idée ressemblait à une cigarette traditionnelle où l’air chaud et humide aromatisé pouvait être aspiré dans la bouche ou les poumons. Une cartouche contiendrait une solution chimique inoffensive utilisée pour l’arôme. Les solutions proposées comprenaient de l’eau mentholée et une solution simulant le whisky écossais. Un tube à vide isolé ou une ampoule électrique alimentée par une batterie devait fournir l’élément chauffant qui réchaufferait le liquide. Il a déclaré que le but de son invention était de “fournir un moyen sûr et inoffensif pour fumer en remplaçant le tabac et le papier brûlés par de l’air chauffé, humide et aromatisé, ou en inhalant des médicaments chauds dans les poumons en cas d’affection respiratoire sous la direction d’un médecin”.

Gilbert n’a jamais été en mesure de commercialiser son produit avec succès.

Les cigarettes Électronique  ont été sur le marché pendant une courte période au début des années 1980. À l’intérieur d’un tube qui ressemblait à une cigarette traditionnelle se trouvait du papier imbibé de nicotine. L’autorité de santé publique a estimé que les cigarettes électroniques  étaient un système d’administration de nicotine et les a donc classées dans la catégorie des drogues et interdites. L’un des premiers promoteurs de Électronique  affirme qu’ils ont été les premiers à utiliser le terme “vaping” en relation avec leur invention.

Les premières versions de la cigarette électronique actuelle ont été introduites en Chine en 2003 ou 2004 lorsque Hon Lik, un pharmacien chinois travaillant dans la recherche médicale, a créé un dispositif qu’il a appelé “Une cigarette électronique sans flamme à atomiser”. Le père de Hon était un gros fumeur qui est décédé d’un cancer du poumon, ce qui a incité Hon à essayer d’arrêter sa propre dépendance à la nicotine. Il a essayé à plusieurs reprises d’arrêter de fumer et a utilisé le patch à la nicotine sans succès. Il a également expérimenté la médecine chinoise. Selon une rumeur, l’idée lui est venue lors d’un rêve bizarre alimenté par le patch de nicotine qu’il avait oublié d’enlever avant de se coucher. Il s’est couché en toussant et en respirant bruyamment, et a rêvé qu’il se noyait dans une mer lorsque les eaux autour de lui se sont transformées en brouillard et l’ont soulevé pour qu’il puisse respirer.

Son premier essai d’un dispositif sans fumée ne ressemble pas à la cigarette électronique commercialisée aujourd’hui. Au lieu d’un atomiseur, il utilisait un élément piézoélectrique à ultrasons, ce qui rendait l’appareil plus grand et plus volumineux que les cigarettes électroniques actuelles et les molécules de la vapeur étaient trop grosses pour délivrer efficacement la solution. Il a affiné ses idées et, en 2003, a fait breveter son invention en Chine. voir https://www.blv.admin.ch/blv/fr/home/gebrauchsgegenstaende/e-zigaretten.html pour en savoir plus !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code