Mystère sur la fin du monde

De nombreuses traditions religieuses parlent de la “fin du monde”, mais avant de parler de ce sujet, il serait nécessaire de clarifier ce que l’on entend par ce terme. Comme tous les textes sacrés de l’Humanité ont été écrits avant que la structure et l’immensité de l’Univers ne soient connues, il est raisonnable de supposer que la “fin du monde” et la “fin des temps” font allusion à des événements concernant notre planète ou, tout au plus, notre système solaire.
Selon les connaissances astrophysiques actuelles, le Soleil est une étoile très calme de type G2. Il s’est formé il y a 5 milliards d’années et, dans 5 autres milliards d’années, il n’aura plus de combustible nucléaire et s’effondrera en une naine blanche. Ses couches externes vont se dilater et “manger” d’abord Mercure, puis Vénus et enfin la Terre. On pourra alors parler de “fin du monde”, mais ce sera un événement sans importance par rapport à l’immensité de l’Univers.
Quelles pourraient être les causes d’une fin anticipée pour notre planète, ou au moins pour l’espèce humaine ? Le plus probable pourrait être un impact avec un gros astéroïde. Cela s’est déjà produit dans le passé : il y a 65 millions d’années, les dinosaures qui vivaient sur notre planète depuis 160 millions d’années se sont éteints. Leur extinction était due à la chute d’un astéroïde, probablement de 10 kilomètres de diamètre. Cet astéroïde est tombé sur le Yucatan, au Mexique, provoquant un cratère de 180 kilomètres de diamètre. Sa chute a provoqué le développement d’énormes quantités de poussières qui se sont répandues dans l’atmosphère de notre planète. Le soleil est resté “sombre” pendant des dizaines d’années et le froid intense a provoqué la fin des dinosaures.
Un événement similaire s’est produit il y a 250 millions d’années et a causé l’extinction presque totale de la vie sur notre planète.
De tels événements peuvent-ils se reproduire ? Quelle est la probabilité qu’un grand astéroïde frappe à nouveau la Terre ? Les scientifiques estiment qu’environ 100 000 astéroïdes et comètes errent dans les environs de la Terre. Parmi eux, 20 000 sont une menace possible d’un impact sur la Terre.
N’oublions pas que la planète Terre est comme une balle qui, à la vitesse folle d’environ 107 000 kilomètres à l’heure, tourne autour du Soleil et c’est presque un miracle qu’elle ne se soit pas “écrasée” jusqu’à présent sur un autre objet parmi les milliers qui peuplent le système solaire.
Une autre cause pourrait être l’inversion des pôles magnétiques, qui s’est déjà produite à d’autres moments dans le passé.
En voyance pure ces inversions sont dues aux mouvements des masses de roche en fusion dans le manteau et le noyau qui donnent à notre planète sa polarité.
Une autre cause peut être associée à une activité solaire soudaine et exceptionnelle.
Nous ne pouvons manquer de constater que dans presque toutes les traditions les plus anciennes de l’humanité, il existe un souvenir d’une immense catastrophe qui, dans les traditions juives et chrétiennes, porte le nom de “déluge universel”.
Très similaire à l’histoire biblique, la narration du déluge se trouve dans l’Épopée de Gilgamesh, un poème babylonien du troisième millénaire avant Jésus-Christ. Le poème raconte les exploits de Gilgamesh, roi d’Ourouk, avant et après le déluge. Le récit est très similaire à celui de la Bible, mais il faut noter que le récit est antérieur à celui de la Bible (les textes bibliques ont été écrits entre 1500 avant J.-C. et 100 après J.-C.).
On trouve des récits du déluge également chez les Hittites, chez les Grecs (conte de Deucalion et Pyrrha) et chez les Égyptiens (conte du roi Surid, qui a vécu avant et après le déluge). Les légendes qui parlent d’un grand déluge se retrouvent également en Amérique chez les Aztèques au Mexique, les Sioux en Amérique du Nord, les Indiens Mura de l’Amazonie et les Indiens Guarani au Paraguay. Il y a aussi un Noah chinois (Nu Wah) et un Noah hawaïen (Nu-u).
Le déluge universel a peut-être été une importante montée des eaux due à la chute d’un astéroïde dans la mer.
Cette catastrophe pourrait être liée au mythe de la disparition de l’Atlantide, qui a été submergée par les eaux.
La disparition de l’Atlantide est racontée par Platon dans les deux dialogues de Timée et de Cirtia. Il n’existe aucun autre document qui parle de ces événements, mais on ne peut s’empêcher de constater que Platon (400 av. J.-C.) est l’un des plus grands philosophes de l’histoire de l’humanité et donc une personne fiable. Dans le Timée, il est dit que l’histoire a été rapportée à Solon (le célèbre législateur athénien de 600 avant JC) par des prêtres égyptiens lorsqu’il se rendit à Saïs dans l’Égypte ancienne.
Certains chercheurs affirment que la planète Terre est soumise à une catastrophe périodique, qui provoque la disparition quasi totale de la civilisation humaine, qui repartirait alors presque de zéro. La dernière civilisation disparue aurait laissé, avant sa fin, quelques “avertissements” à l’Humanité future. Des avertissements qui auraient alors été intégrés dans les écrits sacrés de pratiquement toutes les religions présentes sur cette planète. Certains affirment que même les trois grandes pyramides de Gizeh en Égypte doivent être interprétées dans ce contexte.
Nombre des secrets de ces événements seraient conservés dans les monastères du Tibet, qui, en raison de son altitude, a été épargné par le “déluge universel”.
On parle beaucoup de la date du 21 décembre 2012, date à laquelle, selon une prophétie maya, la “fin du monde” ou quelque chose de similaire devrait se produire. En effet, une inscription sur le Monument 6 du site archéologique de Tortuguero indique la date de 2012, date à laquelle il se passerait quelque chose impliquant une mystérieuse divinité maya, Bolon Yokte, généralement associée à la guerre et à la création. Cependant, plusieurs autres tablettes indiquent des dates bien plus tardives que 2012, ce qui laisse penser que les Mayas ne considéraient pas ce jour comme le dernier.
Dans la tradition chrétienne, le terme “eschatologie” fait référence à la doctrine concernant les événements des derniers temps. De nombreux passages du Nouveau et de l’Ancien Testament font allusion à ces événements.
Dans l’Évangile de Matthieu, on lit
“Que ceux qui sont en Judée fuient vers les montagnes, que ceux qui sont sur la terrasse ne descendent pas chercher leurs biens ménagers, et que ceux qui sont dans les champs ne retournent pas chercher leurs manteaux. Malheur aux femmes enceintes et à celles qui allaitent à cette époque. Priez pour que votre vol n’ait pas lieu en hiver ou le jour du sabbat. Car il y aura alors une grande tribulation, telle qu’il n’y en a jamais eu depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et si ces jours n’étaient pas abrégés, aucun être vivant ne serait sauvé ; mais à cause des élus, ces jours seront abrégés”.
Et encore :
“Immédiatement après la tribulation de ces jours-là, le Soleil s’assombrira, la Lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel et les puissances des cieux seront bouleversées.”
L’Apocalypse de Saint-Jean peut également être comprise comme un récit des événements des derniers jours, tout comme les prophéties du prophète Daniel dans l’Ancien Testament.
Selon l’hindouisme, nous vivons à l’ère du kali-yuga, le dernier des quatre âges avant la fin.
Nous concluons cette brève note en rapportant comment, il y a 4000 ans, dans les Védas de la tradition hindoue, les caractéristiques de la dernière fois avant la fin des temps ont été décrites et nous ne pouvons pas nous empêcher d’être frappés par la façon dont cette description coïncide avec l’état actuel de notre “civilisation” :
“Au cours de cette époque, il y aura un développement de la technologie matérielle, contrastant toutefois avec une énorme régression spirituelle. Le Kali Yuga sera la seule période au cours de laquelle l’irréligion sera prédominante et plus puissante que la religion. La noblesse sera déterminée uniquement par la richesse d’une personne ; les pauvres deviendront esclaves des riches et des puissants ; des mots comme “charité” et “liberté” seront souvent prononcés par les gens, mais jamais mis en pratique. Non seulement il y aura une corruption morale générale, mais les chances de se libérer de l’ignorance deviendront de plus en plus rares en raison du déclin spirituel général de l’humanité.
Dans le Kali Yuga, les gens ne seront plus respectés pour leur intelligence, leur savoir ou leur sagesse spirituelle. Ce sont plutôt la richesse matérielle et l’apparence physique qui rendront une personne admirable. Bien que le respect se manifeste de manière superficielle, personne ne respectera sincèrement les autres. Tout le monde croira que le but ultime dans la vie est de gagner le respect, donc de devenir riche ou physiquement attirant. Les femmes de cette époque deviendront obscènes et immorales par nature”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code